Daniel Cordier, l’ancien résistant a été décoré par Emmanuel Macron et a assisté avec lui aux commémorations de l’Appel du 18 juin.

Qui était Daniel Cordier

Alias : BIP W – BX10 – Alain – Michel – Benjamin- Talleyrand – Toussaint – Charles Daguerre – Dandinier.Daniel Bouyjou-Cordier est né le 10 août 1920 à Bordeaux (Gironde) dans une famille de négociants.Il fait ses études dans plusieurs collèges catholiques ; militant de l’Action française, il fonde à 17 ans à Bordeaux le Cercle Charles Maurras.Il n’a pas encore 20 ans et attend son incorporation prévue le 10 juillet, lorsque, près de Pau où réside sa famille, il entend l’annonce de demande d’armistice faite à la radio par le maréchal Pétain le 17 juin 1940. 

Révolté par ce discours, il décide de continuer la lutte, et rassemble 16 volontaires, parmi lesquels son ami Philippe Marmissolle-Daguerre, avec lesquels il embarque le 21 juin depuis Bayonne sur un navire belge, le Leopold II, pour l’Afrique du Nord. Dérouté vers l’Angleterre, il atteint Falmouth le 25 juin.

Daniel Cordier s’engage avec ses camarades dans la « Légion de Gaulle » le 28 juin 1940. En transit pendant quelques jours à l’Olympia Hall, il y est affecté au Bataillon de Chasseurs alors en formation. Il arrive début juillet à Delville Camp, où il suit un entraînement jusqu’à la fin du mois. Le Bataillon de Chasseurs est ensuite installé à Camberley puis au camp d’Old Dean où Daniel Cordier poursuit sa formation militaire.

Le Bataillon étant dissous, il est affecté à un peloton d’élève officier. Promu aspirant en août 1941, alors que le départ prévu pour le théâtre d’opérations africain ne se concrétise pas, il brûle de passer à l’action et obtient d’être affecté, à l’été 1941, au service « Action » du Bureau central de Renseignements et d’Action (BCRA), c’est-à-dire les services secrets de la France libre à Londres.

Pendant un an, il suit un entraînement spécial dans les écoles de l’Intelligence Service sur le sabotage, la radio, les atterrissages et parachutages. Daniel Cordier, sous le nom de code de Bip W, est parachuté en France près de Montluçon le 26 juillet 1942, comme radio et secrétaire de Georges Bidault, chef du Bureau d’Information et de Presse (BIP), agence de presse clandestine.

  • Compagnon de la Libération – décret du 20 novembre 1944
  • Croix de Guerre 39/45
  • Grand Croix de la Légion d’Honneur
  • Membre de l’Ordre de l’Empire britannique

A Lyon, le 1er août, il rencontre pour la première fois Rex, alias Jean MOULIN, représentant du général de Gaulle et délégué du Comité national français, qui l’engage pour organiser son secrétariat à Lyon. Il met sur pied un état-major clandestin, sans moyen ni personnel – surtout au début – avant d’être assisté par Laure Diebol, puis par Hugues LIMONTI notamment.

En mars 1943, Daniel Cordier organise et dirige à Paris, selon les directives de Jean Moulin, son secrétariat de zone nord.

Après l’arrestation de ce dernier le 21 juin 1943 à Caluire, il poursuit sa mission en zone nord comme secrétaire de la Délégation générale en France auprès de Claude Bouchinet-Serreulles, successeur par intérim de Jean Moulin.

A son poste jusqu’au 21 mars 1944, pourchassé par la Gestapo, il s’évade par les Pyrénées. Interné en Espagne, à Pampelune puis à Miranda, il est de retour en Angleterre fin mai 1944 et est nommé chef de la section des parachutages d’agents du BCRA.

Intégré à la Direction générale des Etudes et Recherches (DGER) en octobre 1944, il dépouille, avec Vitia Hessel, les archives du BCRA pour permettre la rédaction, dont se charge Stéphane Hessel, du Livre blanc du BCRA.

Chef de cabinet du colonel Passy, directeur de la DGER, il démissionne après le départ du général de Gaulle en janvier 1946.

Après la guerre, Daniel Cordier désire consacrer sa vie à la peinture et commence une collection d’art contemporain.

En 1956, il ouvre une galerie d’art à Paris et à New York jusqu’en 1964. En 1979, il est nommé membre de la commission d’achat du Centre Georges Pompidou auquel, en 1989, il fait don de sa collection dont une partie se trouve au Musée d’Art Moderne de Toulouse, « Les Abattoirs ».

Depuis le début des années 80, Daniel Cordier s’est fait historien pour défendre la mémoire de Jean Moulin ; abandonnant ses activités artistiques, il se consacre à des recherches historiques sur Jean Moulin dont il publie depuis 1983 une colossale biographie en six tomes.

Daniel Cordier est membre du Conseil de l’Ordre de la Libération depuis septembre 2005. En octobre 2017, il est nommé chancelier d’honneur de l’Ordre de la Libération.

Daniel Cordier est décédé le 20 novembre 2020 à Cannes dans les Alpes-Maritimes.

L’HISTOIRE

La Résistance

Daniel Cordier atteint Falmouth (Cornouailles) le 25 juin et s’engage avec ses camarades dans les premières Forces françaises libres de la « Légion de Gaulle » le 28 juin 1940. Il découvre avec étonnement que des socialistes et des communistes comptent parmi ces engagés, parmi lesquels il rencontre Raymond Aron et Stéphane Hessel, puis Georges Bidault, auxquels il restera lié4. En transit pendant quelques jours à l’hôtel Olympia, il est affecté au bataillon de chasseurs alors en formation et arrive début juillet à Delville Camp (Aldershot), pour y suivre un entraînement jusqu’à la fin du mois. Le bataillon est ensuite installé au camp d’Old Dean (Camberley), où Daniel Cordier complète sa formation militaire. Il obtient le grade de Lieutenant.

Entré au Bureau central de renseignements et d’action, il est parachuté près de Montluçon le 26 juillet 1942. Il gagne rapidement Lyon et entre au service de Jean Moulin, membre (nommé secrètement par de Gaulle) du Comité national français, officieusement seul représentant de ce comité en métropole. Il prend alors le surnom d’Alain en référence au philosophe. Il fonde et dirige le secrétariat de Jean Moulin et pendant onze mois, il est au quotidien l’un de ses plus proches collaborateurs. Il gère son courrier et ses liaisons radio avec Londres. Il l’aide à créer divers organes et services de la Résistance, et assiste aux patients efforts de celui-ci pour unifier la Résistance intérieure française et la placer sous l’égide de Londres.

À Lyon, Cordier recrute, chronologiquement, Laure Diebold (secrétariat), Hugues Limonti (courrier), Suzanne Olivier, Joseph Van Dievort, Georges Archimbaud, Laurent Girard, Louis Rapp et Hélène Vernay.

À Paris, Cordier emmène la majorité de son équipe, à laquelle se joignent Jean-Louis Théobald, Claire Chevrillon et Jacqueline Pery d’Alincourt.

À Lyon, Cordier est remplacé par Tony de Graaff, avec Hélène Vernay (secrétariat) et Laurent Girard (courrier)8.

Ce long travail aboutit à la fondation du Conseil national de la Résistance (27 mai 1943). Il a fallu pour cela passer par bien des frictions et des divergences avec beaucoup de chefs de la Résistance, ainsi qu’avec Pierre Brossolette, autre envoyé de De Gaulle et concurrent de Jean Moulin9. Brossolette réclamera, entre autres, le rappel de Cordier à Londres après l’arrestation et la mort de Jean Moulin.

Resté jusqu’au 21 mars 1944 au service du successeur de Moulin à la délégation générale, Claude Bouchinet-Serreulles, Cordier passe les Pyrénées en mars 1944, est interné à Pampelune puis au camp de Miranda en Espagne, puis rejoint la Grande-Bretagne.

Dans son livre Présumé Jean Moulin, l’historien Jacques Baynac évoque l’éventuelle arrestation de Daniel Cordier par les Allemands autour du 14 juin 1943, une semaine avant la capture de Jean Moulin. Des rapports officiels du Special Operations Executive britannique rapportent cet évènement. Daniel Cordier déclare pour sa part : « je n’ai jamais été arrêté, sinon je l’aurais raconté ».

Daniel Cordier, né le 10 août 1920 à Bordeaux et mort le 20 novembre 2020 à l’âge de 100 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici